Mobirise Website Maker

Roumanie

     1994 : Karine, étudiante en droit, présente un dossier « Défi-Jeunes » au profit de l’association et obtient une bourse de 15 000 francs. L’entreprise JB Location de Périgueux prête un camion. L’association de Soutien (qui prend en charge les jeunes en difficulté), propose un financement, un fourgon ainsi que deux jeunes volontaires et un accompagnant pour participer à l’aventure. Le premier convoi humanitaire à destination de l’orphelinat de TIMISOARA prend forme. Jean-Luc et Claude y travaillent depuis un an déjà. Marc et Cathy, pharmacien et préparatrice en pharmacie nous accompagnent afin d’évaluer les besoins en médicaments en prévision d’un prochain voyage.

     René, gendarme à Bordeaux, rejoint l’équipe. Il apporte son éternelle bonne humeur ainsi que 800 litres de lait offert par la commune de BOULIAC. Trois véhicules et neuf personnes quittent PERIGUEUX le 11 septembre et ouvrent ainsi un pont d’amitié et de solidarité avec la Roumanie. René ne fait malheureusement qu’un voyage avec nous. Une maladie aussi soudaine que brutale l’emporte quelques temps après à l’âge de 35 ans.

     1995 : Afin d’assurer un convoi annuel vers la Roumanie, l’association organise diverses manifestations (concert, spectacles, loto etc…), dans le but de récolter les fonds nécessaires à l’organisation de ces convois. Cette année, Maurice poète au grand cœur nous rejoint. Editeur du guide du motard de la Dordogne, il a offert une page de publicité à l’association ainsi qu’un chèque. En retour, je l’invite à participer à l’aventure ce qu’il accepte sans réfléchir. Pascal, le mécano de la première heure est présent aussi. Six personnes et deux véhicules rejoignent l’orphelinat cette année. Le camion de 7,5 tonnes est chargé à ras bord de pâtes, riz, confiture, vêtements jouets et médicaments.

     Première panne à 40 km du départ, la seconde à 200 km. Pascal le mécano fait des miracles. Jean-Luc, compère du premier jour est avec moi au volant du camion. C’est notre troisième voyage ensemble et notre amitié fait chaud au cœur. L’accueil à l’orphelinat est toujours aussi chaleureux et c’est pour nous, à chaque fois, un grand moment d’émotion. Nous retrouvons avec joie nos amis roumains et les enfants.

     1995 - 1996 : d'autres convois sont organisés. La communauté Emmaüs de Limoges (87) rejoint le groupe et apporte une aide précieuse, sur le plan humain, matériel et financier. Vingt tonnes de dons sont convoyées et 20 personnes participent à ces nouveaux déplacements vers l'Est. Nous acheminons entre autre un appareil permettant d'effectuer rapidement les analyses de sang. Ce don d'un laboratoire d'une valeur de 20 000 euros est mis en place dans une structure privée de TIMISOARA avec signature d'un protocole qui permet à l'orphelinat d'utiliser gratuitement et à tout moment les services de celle-ci.
     En 1997, nous constatons qu'une aide massive arrive à l'orphelinat. Elle émane de différents pays (Italie, USA etc...). D'un commun accord nous envisageons la possibilité d'aller voir ailleurs ce qu'il s'y passe. Cette décision, entérinée en assemblée générale, laisse la porte ouverte à beaucoup d’autres possibilités d’actions. Jean-Luc est muté et quitte l'association. Il change d'orientation professionnelle, de la moto il fait son métier. C'est l'Institution Militaire qui ouvre la voie vers un nouvel Horizon, vers une nouvelle aventure.
     En effet, Claude, toujours gendarme en activité, est désigné en janvier 1998 pour effectuer une mission de six mois en Haïti sous l'égide des Nations Unis. Il est affecté dans la ville de Jérémie, province de la Grande Anse comme conseiller technique et formateur de l'unité d'intervention et de maintien de l'ordre local. Dès son arrivée, il est confronté à la misère et la détresse humaine. Celles qui touchent les enfants, orphelins ou pas, est pour lui difficilement supportable. C'est le début d'une action que nous baptisons "SOS Enfants d'Haïti" et c'est déjà une autre histoire.